Le 6 mars 2002

© Inter CFDT IBM France 2002

Manuel IBM du parfait petit manager licencieur

Le document qui suit est un support de cours IBM destiné à l’encadrement. Malgré l’apparence trompeuse du titre, il ne s’agit pas d’expliquer au manager comment gérer les performances de ses employés. En effet, sur les 31 pages du document, 3 pages sont consacrées à la description des performances 1 (extraordinaire !), 2 (résultats conformes ou supérieurs) et 3 (résultats conformes sur certains points) , alors que 27 pages ne parlent que du traitement de la notation 4 (résultats insuffisants, procédure de mise en garde pouvant conduire au licenciement).

Sur les 27 pages dédiées à la notation 4, 24 pages font explicitement référence à la procédure de licenciement.

D’après ce support de cours, la formation des chefs de service à la gestion de la performance doit donc, pour la direction d’IBM, se ramener à la formation au licenciement pour 75 % du document.

L’arrivée de ce document en novembre 2001 n’est pas le résultat du hasard. C’est à ce moment-là qu’on a commencé de parler d’une augmentation sensible du nombre d’employés devant être notés 4, puisque les chiffres annoncés indiquaient un pourcentage de notations 4 devant passer de 1 % à 4 %.

Non seulement la proportion de notés 4 devait être multiplié par 4, mais la procédure d’évaluation, qui était auparavant arbitraire et injuste, devient maintenant dangereuse.

En effet, dans le temps, une notation 4 avait des conséquences fâcheuses :

§          Pas d’augmentation individuelle (mais même des salariés bien mieux évalués n’en avaient pas) ;

§          Pas de prime variable annuelle (mais depuis 1995, il n’y en a eu que deux ans sur sept) ;

§          Pas de promotion (mais IBM mène une politique sociale qui l’amène à pronostiquer que les durées moyennes de carrière à IBM vont tendre vers une durée de cinq ans).

§          Le licenciement ou, d’après le  langage politiquement correct d’IBM, la séparation transactionnelle, était exceptionnelle.

Aujourd’hui, les entretiens d’évaluation des performances 2001 montrent :

§          Une augmentation sensible du taux de notés 4 ;

§          Une proportion plus importante de notations 4 se terminant par un licenciement ;

§          Un rétrécissement du délai entre l’entretien d’évaluation et celui préalable au licenciement.

A n’en pas douter, cette constatation empirique par les représentants du personnel sur le terrain est la conséquence d’un virage de la politique IBM.

Le support de cours suivant en est la démonstration.

Page 1

 

Page 2

 

Page 3

 

Page 4

 

Page 5

 

Page 6

 

Page 7

 

Page 8

 

Page 9

 

Page 10

 

Page 11

 

Page 12

 

Page 13

 

Page 14

 

Page 15

 

Page 16

 

Page 17

 

Page 18

 

Page 19

 

Page 20

 

Page 21

 

Page 22

 

Page 23

 

Page 24

 

Page 25

 

Page 26

 

Page 27

 

Page 28

 

Page 29

 

Page 30

 

Page 31